Présentation du GEDO le Don d'ovocytes Adresses des centres Nos actualités Sites utiles Poser une question Accès membres
 
 
LES DONNEUSES :

  • CARACTÈRES
    Souvent parentes ou amies d’un couple demandeur, ce sont des femmes volontaires, de moins de 36-37 ans, ayant l’expérience de la maternité. L’accord de leur conjoint est nécessaire si celles-ci vivent en couple.
  • MODALITÉS
    Lors d’une première consultation, les modalités et la technique de don sont abordées, les antécédents médicaux et les caractères physiques relevés (couleur de peau, cheveux et yeux, rapport poids/taille).

    Pour le couple donneur un entretien systématique auprès du psychologue ou médecin psychothérapeute du service est demandé. Ces entretiens sont renouvelables à la demande.

    Pour la femme donneuse un examen clinique avec frottis de dépistage est pratiqué, ainsi que des examens complémentaires (groupe Rhésus, sérologies pour la détection du SIDA, de l’HTLV 1 et 2, des hépatites B et C, de la syphilis, du cytomégalovirus ; dosages hormonaux et échographie pelvienne). Une enquête génétique avec caryotype sera réalisée par un médecin clinicien et/ou généticien ainsi qu’une consultation avec un médecin anesthésiste.

    En fin de consultation, un imprimé d’accord, révocable à tout instant par l’un ou l’autre des deux membres du couple donneur, est proposé pour signature à la donneuse potentielle et à son
    conjoint. Elle se voit alors attribuer un numéro d’anonymat.

 
 
 

Si la détermination de celle-ci persiste et qu’aucune contreindication n’a été relevée, la donneuse va subir une stimulation ovarienne en vue d’un prélèvement ovocytaire selon divers protocoles thérapeutiques entrant dans le cadre d’une fécondation in vitro avec réalisation de sérologies virales de contrôle au premier jour de la stimulation ovarienne.

De façon générale, la stimulation ovarienne est réalisée par des injections sous-cutanées quotidiennes d’hormones et dure en moyenne 10 à 12 jours.
Durant cette période, une surveillance hormonale et échographique est nécessaire pour juger :
• de la qualité de la croissance et de la maturation folliculaire,
• de la quantité des doses d’hormones stimulantes à injecter,
• de la date et de l’heure du déclenchement de l’ovulation.

L’ovulation est obtenue par une injection-intramusculaire ou sous
cutanée de gonadotrophines chorioniques lorsque la maturité folliculaire est acquise.
Cette surveillance demande une disponibilité de 3 à 4 demi-journées en moyenne au cours du cycle de stimulation.

La ponction s’effectue sous échographie par voie vaginale avec une analgésie simple ou rarement une anesthésie générale.
Le prélèvement dure moins de dix minutes, la surveillance consécutive environ trois heures. Il s’agit d’une hospitalisation de jour (entrée le matin, sortie en fin de matinée ou début d’après-midi).


  • RISQUES ET INCONVENIENTS
    Les traitements pour le don d’ovocytes sont pratiqués à large échelle et depuis de nombreuses années dans le cadre de la FIV intraconjugale.
    Cependant comme tout acte médico-chirurgical, d’exceptionnelles complications demeurent possibles. Leur présentation nécessite un encadrement spécialisé rigoureux de chaque tentative. Elles sont explicitées en détail lors de la consultation de don.

LE COUPLE RECEVEUR :
  • CARACTÈRES
    La receveuse doit être en âge de procréer et doit relever d’une indication médicale au don d’ovocytes (se reporter aux « Indications » du chapitre précédent ).
  • MODALITÉS
    En première consultation, le couple receveur bénéficie également de toutes les explications sur les modalités et la technique de don.

    Pour la femme receveuse, les antécédents médicaux et les caractères physiques (couleur de la peau, des cheveux et des yeux, rapport poids/taille) sont relevés. L'examen clinique peut
    être également pratiqué à ce moment-là.
    Un entretien est effectué avec le psychologue ou le médecin psychothérapeute du service, renouvelable à la demande.
    Des examens complémentaires sont réalisés (groupe Rhésus, sérologies, rubéole, toxoplasmose, recherche du SIDA, de l'HTLV 1 et 2, des marqueurs des hépatites B et C, de la syphilis et du cytomégalovirus, parfois une enquête génétique et/ou caryotype).
    Une consultation spécialisée pour étude de la muqueuse utérine (après mise en place ou non d'un traitement préparant cette muqueuse à recevoir un embryon) permet d'apprécier les meilleures conditions d'implantation pour cet embryon. À l'issue de cette consultation spécialisée, un traitement d'attente est institué dans les indications le nécessitant.

    Pour le conjoint de la receveuse, les caractères phénotypiques (couleurs des yeux, de la peau, des cheveux, rapport poids/taille) sont également relevés, une enquête génétique réalisée par le médecin clinicien et/ou généticien, et dans certains cas un caryotype.

    Un entretien est également effectué avec le psychologue ou le médecin psychothérapeute du service, renouvelable à la demande.
    Des examens complémentaires (groupe Rhésus, sérologies, recherche du SIDA, de l'HTLV 1 et 2, des marqueurs hépatites B et C, de la syphilis et du cytomégalovirus, spermogramme, spermocytogramme avec culture et test de congélation) sont réalisés.
    Les paramètres spermatiques doivent être acceptables pour permettre une fécondation in vitro.

    A l'issue de cette première consultation, le couple receveur signe une demande d'inclusion dans le programme de don d'ovocytes.
    Cette demande est révocable à tout moment par l'un ou l'autre des membres du couple. Elle devra être confirmée par écrit un mois après le dernier entretien médical.

    Enfin, selon les lois du 29 juillet 1994 et du 6 août 2004, les couples receveurs doivent signer devant le Président du Tribunal de Grande Instance de leur choix, ou son délégué, ou devant notaire, un consentement à l'Assistance Médicale à la Procréation avec Don d'Ovocytes et présenter les documents attestant de leur mariage ou d'une vie commune de plus de 2 ans.

LA GESTION DU DON :

Actuellement elle s'effectue soit au niveau du centre clinique seul, soit en collaboration avec un organisme extérieur spécialisé (laboratoire de FIV ou CECOS) travaillant avec plusieurs centres cliniques, autorisant ainsi une répartition des tâches et un échange plus large des ovocytes.

Haut de page